premier album de walz: « Marie-Claire »!

11 01 2012
walz - Marie-Claire

walz - Marie-Claire

bonjour,

le colporteur dort encore, mais vous pourriez aimer walz!

cliquez ici: écoutez walz sur Deezer!

vous pouvez le commander directement via notre label hilbesound:

hilbesound@orange.fr

chansons également disponibles sur différentes plateforme de téléchargement légal:

iTunes

Fnac.com

musicMe

etc. etc.

rappel: le projet walz regroupe des anciens membres du clandestin, d’illegal et du colporteur, autour de notre chanteuse Maria.

vous allez retrouver Tjark et nicogé, donc.

portez-vous bien, on vous souhaite une bonne année et une bonne santé!

bien @ vous,

nicogé

tout à commencer ce soir-là, après un enregistrement du colporteur:





en direct de mon jardin: le cerisier (et Bénabar)

3 07 2009
une récolte de cerises

une récolte de cerises

voilà le genre de récolte que l’on peut faire, tranquillement, quand on a un cerisier.

par contre, s’il s’agit bien de » fruits et légumes par jour », ici, c’est comme la Barbapapa ;): ça fait grossir quand même!

à part ça, j’ai entendu que Bénébar est pour la loi hadopi, que c’est pas bien méchant, on reçoit d’abord une lettre tout ça (mais bien sûr!).

otez-moi d’un doute:

il y a vraiment des gens qui télécharge du Bénabar?

et si oui, et s’il l’écoute, une sanction quelconque de s’apparenterait-elle pas à une  sorte de double-peine?

en vous remerciant,

bien @ vous,

nicogé





« Blur et Radiohead défendent les pirates »

15 03 2009

article sur les inrocks.com du 13.09.2009 :

« A l’heure où le Parlement français tente de légiférer sur le téléchargement illégal,  140 groupes britanniques s’opposent à la criminalisation des internautes.

Jeudi 12 mars se tenait à Londres une réunion de 140 artistes parmi lesquels les plus gros vendeurs britanniques en activité. Radiohead, Blur, The Verve, Robbie Williams, Klaxons, Kate Nash, White Lies, Wet Wet Wet, Iron Maiden, Craig David ou Kaiser Chiefs. Regroupés sous la bannière de la la Featured Artists Coalition (FAC), ils se sont prononcés contre  la pénalisation du téléchargement illégal.

Interrogé à la sortie de la réunion par The Independant, Billy Bragg expliquait : “L’industrie du disque en Angleterre souhaite criminaliser notre  public qui pratique le téléchargement illégal. Si nous la suivons dans cette voie, nous ne ferons que participer à une politique protectionniste. (…) Les artistes doivent disposer des droits sur leur propre musique, et décider eux-mêmes s’ils souhaitent la distribuer gratuitement ou s’ils veulent être  rémunérés.” Un parti pris fort de la part de ces artistes qui, loin de se limiter à une déclaration d’intention, planifient de rencontrer Lord Carter, ministre des Communications et commanditaire d’un rapport publié en janvier intitulé Digital Britain. Ce rapport préconise que les personnes téléchargeant illégalement soient poursuivies devant les tribunaux civils.

Cet été, alors que des accords avaient été signés entre des FAI et l’industrie culturelle en vue de la mise en place d’une riposte graduée à la française,  le gouvernement anglais avait exclu l’idée de légiférer. “On ne peut pas avoir un système où on parle d’arrêter des adolescents dans leur chambre”, avait déclaré David Lammy, ministre en charge de la propriété intellectuelle. Une nouvelle qui arrive alors que le PRS (la Sacem britannique) tente laborieusement de renégocier  le partage des revenus avec MySpace et You- Tube. Ce dernier ayant d’ores et déjà bloqué toutes ses vidéos musicales en Grande-Bretagne,  affirmant que les conditions demandées par l’organisme seraient trop défavorables.
Sur ce point, la FAC a une position claire : si les disques ne se vendent plus, le business de la musique continue à générer de l’argent via ces sites et la pub. C’est cet argent qui doit rémunérer les artistes. Pour Ed O’Brien de Radiohead, “Aucun musicien – ou très peu – ne vous dira qu’il a  choisi cette voie pour faire de l’argent. Les artistes et les jeunes groupes sont la sève des sites tels You- Tube et MySpace.” L’enjeu est donc de se saisir de la révolution digitale comme d’une “fantastique opportunité”, selon les mots de Dave Rowntree (batteur de Blur et aspirant avocat) afin de mettre en place un “new deal” construit sur l’équité entre fans, industrie du disque et gouvernements.

Nicolas Chapelle et Diane Lisarelli « 

http://www.lesinrocks.com/actualite/actu-article/article/blur-et-radiohead-defendent-les-pirates/