en direct du jardin: comment nettoyer un poulailler

27 04 2009

petites explications en images:

une poule qui court

une poule qui court

de quoi changer la "littière": de la paille, mélangée avec du lin et du chanvre, et du foin (type pour cochon d'Inde).

de quoi changer la "litière": de la paille, mélangée avec du lin et du chanvre, et du foin (type pour cochon d'Inde). achetés dans le commerce, car mine de rien, c'est dur de trouver un paysans qui en vend, surtout non traités...

quelques "outils"

quelques "outils"

indispensable: l'éponge et un produit nettoyant écologique

indispensable: l'éponge et un produit nettoyant écologique

le poulailler vide: si, si, regardez bien!

le poulailler vide: si, si, regardez bien!

les trois cageots/nids, vidés, nettoyer et mis à "sécher"

les trois cageots/nids, vidés, nettoyer et mis à "sécher"

à l'intérieur, après nettoyage

à l'intérieur, après nettoyage

à l'intérieur toujours

à l'intérieur toujours

le troisième "nid"

le troisième "nid"

les poules

les poules

et quand les poules "sont heureuses"... elles pondent (dixit la dame qui nous a vendu les poules élevées bio).

et quand les poules "sont heureuses"... elles pondent (dixit la dame qui nous a vendu les poules élevées bio).

et voilà! à renouveler toutes trois semaines environ, plus quelques nettoyage d’appoint: sous le perchoir, les « nids » etc. (c’est selon!)

encore une fois, c’est à la portée de tout le monde; certes, ça prend un peu de temps, mais…

le bonheur en quelques mots: environnement, réduction des transports, bien-être animal, agriculture paysanne familiale, santé, nature… idéal pour les enfants!

et avec ces bons oeufs, je peux faire des gâteaux pour les réunions de Tirlitoum, l’association du colporteur (des infos bientôt).

all we need is love!

bien à vous,

nicogé, jardinier pacifiste et libertaire

Publicités




27 04 2009
Kurt Cobain qui fume, chez moi. je lui aie bien proposer un moulin à vent, mais rien à faire!

Kurt Cobain qui fume un cigarette, chez moi. je lui ai bien proposé un moulin à vent, mais rien à faire!

Les Inrocks

Que reste-il de Kurt Cobain ?

Le passage éclair de la comète Nirvana dans le ciel des années 90 a ravivé une certaine idée du rock pur et dur, provoquant un tsunami dont on mesure encore aujourd’hui les effets. Quant à la mort de Kurt Cobain, elle aura transformé en icône un garçon à la normalité troublante, qui n’a jamais de son vivant retourné sa chemise à carreaux.
ah, Kurt Cobain.
15 ans déjà…
le dernier des dinosaures, le derniers géants, le dernier génie?
peut-être, peut-être pas.
le dernier d’une époque commencé avec les Beatles ou peut-être même avant.
est-ce notre perception des artistes qui a changé ou sont-ce les artistes?
n’y a-t-il plus rien à inventé?
l’art se résume-t-il à un animal mort torturé dans le formol avec quelques vagues paillettes vendu le plus cher possible?
heureusement, non.
la musique, l’art contemporain, restent vivants.
y aura-t-il un nouveau Kurt Cobain?
éprouverons-nous cette fascination pour quelqu’un d’autres?
pas sûr.
les gens ont changé, notre rapport à l’art, aux médias a changé.
on va trouvé sur internet les informations qu’on ne nous donne pas ailleurs, les contacts plus ou moins virtuels avec les musiciens sont plus faciles, nous sommes acteurs nous-mêmes de la diffusion des informations et de la publicité de nos façons de voir le monde.
oui, Kurt Cobain me manque:
j’aimerais tant acheter son dernier disque, entendre des rumeurs sur la reformation de Nirvana et les exigences de Krist Novoselic ou surtout celles de Dave Grohl qui voudrait placer ses compos.
j’aimerais aussi le voir sur youtube passé à la télé avec ses fringues récupérées et son sens unique du « bon » goût, loin de tous ses petits minets en costards étriqués qu’on a vu mille fois et de toutes ces filles trop maigres en cuire ou fourrure nous dire que faire du mal aux animaux, « c’est pô bien »; enfin ça c’est quand on est arrivé au degré 1 de la conscience politique, ce qui n’arrive quasiment plus jamais.
allez vive Kurt, qui s’est probablement suicidé (entre deux parties de chasse aux lapins…), mais qu’on imaginera toujours injustement assassiné alors qu’il allait beaucoup mieux et préparait un album gigantesque, acoustique et électro.
« mon ange je t’ai haïe, je t’ai laisser tuer, nos jeunesses débauchées, le reste de nos vies… » (sur le dernier Bashung, le dernier des… ect. etc.)
et puis après tout:
love, love, love… all you need is love (pin pin pinlin pin)
en tout cas, moi, je lui doit tout: sans Kurt Cobain,j’aurais eu une adolescence bien triste, et je ne ferais sans doute pas de musique aujourd’hui.
une chose est sûr concernant Nirvana: le colporteur « aime ça », comme on dit sur facebook.
nicogé, « fan » (pas trop) nostalgique
ah, ces reprises!!! (décidément, vraiment, quel talent…)