comment construire une serre pas chère (suite)

29 03 2010
la serre: première partie du toit bâchée.

la serre: première partie du toit bâchée.

la serre: bâche pas encore tendue.

la serre: bâche pas encore tendue.

toit de la serre: bâche tendue et fixée avec des agrafes.

toit de la serre: bâche tendue et fixée avec des agrafes.

la serre: bâche tendue et fixée avec des agrafes.

la serre: bâche tendue et fixé avec des agrafes.

toit de la serre: bâche tendue et fixé avec des agrafes. (2)

toit de la serre: bâche tendue et fixé avec des agrafes. (2)

toit de la serre: bâche tendue et fixée avec des agrafes: résultat.

toit de la serre: bâche tendue et fixée avec des agrafes: résultat.

la serre: et voilà!

la serre: et voilà!

voilà: la technique:

bien tendre la bâche te la fixé, moitié par moitié,en partant d’un bout et en suivant sur la longueur, de lambourde en lambourdes, et agrafer; l’idéal serait une bâche de la largeur du toit, mais hélas ça coûte très cher.

et la bâche est à changé régulièrement, comme « mangé » par le soleil: regarder autour de vous les gens qui ont des serres de ce type, même acheté toute faite.

on a aussi acheté de la grosse bâche renforcée il y a deux ans pour nos toits à tomates de l’époque (en quelque sorte le « prequel » de la serre!), et le soleil a détruits le plastique entre l’armature! (on peut voir ici des bouts qu’on a récupérer pour les portes ouvertures de la serrre:  on va devoir presque tous les changer.)

pour la même raison, les agrafes nous semble pour l’instant une bonne solution: rapide et efficace: et comme le soleil aura eu raison de la bâche bien avant que les agrafes ne lâche…

en route vers la décroissance???

en tout cas, vers un peu plus d’autonomie. (sauf que l’autonomie ne fait pas tout, il faut aussi du collectif!!!!)

pour, sur cette phase-là, mon rôle fut minime: j’ai aider à tendre la bâche à certain moment, occupé que j’étais avec les enfants et la popote!!!! 🙂

bien @ vous et vive les temps modernes,

nicogé le jardinier





construire une serre pas chère (suite): reconstruction/évolution + budget

21 03 2010
construction de la serre: on en était là.

construction de la serre: on en était là.

construction de la serre: nous avons (encore) scier.

construction de la serre: nous avons (encore) scier.

construction de la serre: préparation des aérations (très importantes!) (2)

construction de la serre: préparation des aérations (très importantes!) (2)

construction de la serre: préparation des aérations (très importantes!) (3)

construction de la serre: préparation des aérations (très importantes!) (3)

la construction de la serre: work in progress.

la construction de la serre: work in progress.

construction de la serre: essaie de fixation de bâche.

construction de la serre: essaie de fixation de bâche.

construction de la serre: essaie de fixation de bâche. (2)

construction de la serre: essaie de fixation de bâche. (2)

construction de la serre: Lisa, Lisa.

construction de la serre: Lisa, Lisa.

construction de la serre: où on en est arrivé.

construction de la serre: où on en est arrivé.

construction de la serre: où on en est arrivé (2)

construction de la serre: où on en est arrivé (2)

construction de la serre: où on en est arrivé + allaitement de dos (pub)

construction de la serre: où on en est arrivé + allaitement de dos (pub)

nous reconstruisons notre serre, donc, dans le but d’agrandir et de consolider.

le but est clair: faire bio, et ne pas participer à la croissance suicidaire que nous connaissons encore tant bien que mal.

d’où le remplacement des lattes à toit par des grosses lambourdes, et l’extension de l’autre côté.

hier et aujourd’hui, nous avons donc mis en place les lattes latérales qui serviront à fixer la bâche, ainsi que les lambourdes de l’extension.

enfin, nous avons procédé au travaux de préparation de la première des deux nouvelles aérations (pour que les coins ne soient pas trop humides, le gros danger), ça fera quatre aérations en tout, et nous avons tenté de fixer la bâche: celle-ci n’avait pas le format que nous souhaitions, et nous n’en sommes pas satisfait: on voudrait faire chaque côté de toit d’un seul tenant: Noémie a peut-être trouvé les bâches qu’il nous faut (et qu’on avait acheté facilement l’année dernière, allez comprendre…) en Suisse sur le net: à voir.

chez nous en Haute-Saône (70), la serre est indispensable, pour les tomates notamment: vivement la suite!

bien @ vous,

nicogé

PS: et le budget, donc: moins de 250€, avec ce qu’on a dépensé pour la première phase de construction.





en direct du jardin (ou presque): les premiers semis du colporteur!

13 03 2010
le colporteur présente: les premiers semis (1)

le colporteur présente: les premiers semis (1)

le colporteur présente: les premiers semis (2)

le colporteur présente: les premiers semis (2)

le colporteur présente: les premiers semis (3)

le colporteur présente: les premiers semis (3)

au programme donc: tomates, aubergines et poivrons!

les photos datent d’il y a quelques jours: bientôt la suite.

et bientôt la maison envahit de plant de légumes: cool!

bien @ vous,

nicogé





comment construire une serre (suite)

10 03 2010

et c’est reparti pour la saison du jardinage!!!

notre serre, donc.

le colporteur présente: la serre, en début d'après-midi.

le colporteur présente: la serre, en début d’après-midi.

elle avait plutôt très bien tenu le coup, jusqu’aux dernières neiges.

vu que le printemps (et l’anniversaire de mon amoureuse) approche, nous avions pour projet d’agrandir notre serre.

du coup, on s’est motivé pour tout recommencé, ou presque, à partir des poteaux, bien plantés dans le sol.

le colporteur présente: la serre en reconstruction.

le colporteur présente: la serre en reconstruction.

nouvelle construction: la serre, c'est du solide.

nouvelle construction: la serre, c’est du solide.

car le toit, en cas de neige, doit pouvoir supporter un poids certain. du coup, il faut que le toit soit soutenue par autre chose que des petites lattes: il faut une épaisseur certaine, dont acte.

on a donc scié pour faire des encoches pour poser le bois sur les poteaux, visés avec des équerres du côté le plus bas, et cloué sur la lambourde transversales du côté le plus haut (pris de façon à ce que la partie la plus épaisse serve à porter le poids de la neige, les vis auraient fait éclater le bois).

en direct de la serre: nous avons scié.

en direct de la serre: nous avons scié.

en direct de la serre: nous avons scié. (2)

en direct de la serre: nous avons scié. (2)

en direct de la serre: nous avons percé. (2)

en direct de la serre: nous avons percé. (2)

en direct de la serre de le colporteur: les bonnes vieilles équerres.

en direct de la serre de le colporteur: les bonnes vieilles équerres.

en direct de la serre du colporteur: on peut tout faire avec un bébé en écharpe!

en direct de la serre du colporteur: on peut tout faire avec un bébé en écharpe!

le colporteur présente: la serre à la fin de l'après-midi.

le colporteur présente: la serre à la fin de l’après-midi.

voilà, on est là: un côté de fait, et les poteaux qu’on avait planté mercredi dernier pour agrandir.

et tout ça, bien sûr, pour jardiner bio.

bientôt, la suite.

bien @ vous,

nicogé le colporteur





en direct du jardin: le(s) cosmos (multicolores!) à porter de main!

15 09 2009

voilà es fleurs belles, faciles à semer et très productives au niveau des graines!

comme on le voit sur les photos, une fois arrivé au stade « cyberpunk », il n’y a plus qu’à récolter, et mettre de côté pour l’année prochaine.

ça fait un très beau jardin pour un investissement minime (sauf en temps, et encore). c’est bien mieux que les fleurs des Pays-Bas ou autre!

vive les cosmos orange, donc.

mais il y a aussi d’autres couleurs!

comme ces couleurs, par exemple.

comme ces couleurs, par exemple.

bien @ vous,

nicogé, jardinier anticapitaliste et pacifiste





Pascal Poot: de la théorie à la pratique?

1 09 2009

ah, Pascal Poot…

alors ces histoires de sélections de variétés, et d’individus plus résistants ou mieux adaptés à ce qu’on recherche?

vous n’êtes pas sans savoir que les variétés anciennes de tomates se ressèment « toutes seules »: si un fruit est tombé, grâce à divers animaux… une graine peut-être semer et un plant peut pousser à l’emplacement où vous aviez mis vos tomates l’année d’avant: c’est arrivé à mon grand-père, à qui nous avions donner des plants l’an passé car il était en déplacement au moment de semis, et ça nous est arrivé.

mon grand-père s’est occupé des plants: « replantage » etc.

nous, nous sommes tombés sur celui-ci.

le colporteur présent: un plant de tomates "sauvage".

le colporteur présent: un plant de tomates "sauvage".

plant "sauvage": autre vue.

plant "sauvage": autre vue.

le même plant de tomates naines toujours, "san marzano nano".

de très belles tomates naines, "san marzano nano".

ici, nous sommes en plein cœur de la théorie de Pascal Poot déplacée dans l’Est de la France: pas de taille, pas d’engrais, pas de tuteur ou de cage à tomate, rien!

ayant toutes les peines du monde à faire pousser des tomates par nos climats, nous sommes très attentifs à l’apparition heureuse de ce plant, de tomates « san marzano nano » selon toutes vraisemblance.

nous allons tenter d’en récolter de sgraines pour les replanter: s’agit-il d’un individu mieux armer pour nos latitudes? sacahtn qu’il ne s’agit pas de tomates cerises, réputées plus faciles à faire pousser dehors, mais tout de même de tomates naines.

affaire à suivre donc!

bien @ vous,

nicogé





le secret des tomates

22 08 2009

pour bien réussir la salade de tomates, il y a un secret.

le colporteur présente: la salde du jour

le colporteur présente: la salde du jour

le secret, donc:

ne mettez jamais, je dis bien JAMAIS, les tomates au frigo!!!

pour l’assaisonnement, par contre, il y a deux écoles.

ma Noémie met directement l’huile d’olive (bio) puis le vinaigre balsamique (bio) sur les tomates (du jardin bio).

moi, je fais la vinaigrette (pas de moutarde donc!) avant, avec les mêmes ingrédients, bien sûr.

au goût, ça ne change à peu près rien, franchement.

bien @ vous,

nicogé le colporteur