Bakchich.tv: Probst et les élections européennes

31 05 2009

très instructif ( c’est vrai ça, c’est qui Hans-Gert Pöttering (réponse dans la vidéo: le Président du Parlement européen)? où est Borloo (pas de réponse)?)

et puis, comme dit, il faut bien, à défaut de Droits de l’Homme, un homme de droite (pour paraphraser Ridan) de temps en temps… non?

bien à vous,

nicogé

Publicités




Joseph Arthur – In The Sun

31 05 2009

superbe chanson, artiste majeur.

et tellement de souvenirs pour moi…

et quant au décor, euh…

bien à vous,

nicogé





Eric Besson stoppé par le juge administratif

31 05 2009

image choisie au hasard

image choisie au hasard

Eric Besson arrêté par la justice

Le ministre de l’Immigration et de l’identité nationale était pressé d’ouvrir le marché de l’aide aux étrangers dans les centres de rétention. Le juge des référés a suspendu la mesure. 

c’est une première victoire pour la Cimade: le projet de restreindre son action dans l’aide aux étrangers dans les centres de rétention administrative connaît donc un premier arrêt, avant on l’espère, une annulation définitive.

la Cimade est soutentue dasn ce dossier par beaucoup d’associationqui s’occupe des droits de l’être humain.

le « marché » (beurk) avait été attribué à plusieurs association dont certaines, paraît-il, n’avaient aucune expérience, voire existence, connue avant l’appel d’offre…

le Droit sauvé par la Justice?

voilà qui serait plaisant… mais un peu inquiétant aussi.

il ne s’agit pour l’instant que d’un référé, mais c’est déjà ça.

bien à vous

nicogé





c’est vrai puisque c’est STA-TI-STI-QUE!

30 05 2009

statistiques

statistiques

Triche : la statistique, c’est très pratique

Par VITTORIO DE FILIPPIS sur libé.fr

Pour «Libération», des statisticiens expliquent, en quatre tableaux, comment le pouvoir manipule indices, modes de calcul et chiffres pour faire de ses rêves une réalité. 

voilà ce que m’a raconté un jour un ami policier (si si!)

pour protéger son anonymat, nous l’appellerio Quézac.

Quézac ma raconté comment, d’après lui, bien sûr, on a fait baisser les statistiques dans le corps dans lequel il travaille, que nous appellerons gendarmerie civile communale pour préserver son anonymat, dans une ville que nous appellerons Aneperdu pour garder son anonymat aussi, sachant que les ordres venait d’ailleurs que de la ville, ça va sans dire mais ça va mieux en le disant.

au début, quand une voiture brûlait et faisait brûler toutes celles de la rue, on comptait chaque voiture touchée.

et puis, bon, ça faisait beaucoup.

alors, Quézac et ses collègues ne devaient plus compter que les voitures entièrement détruites par le feu.

et puis, bon, ça faisait beaucoup.

alors Quézac et ses collègues ne devaient plus compter que LA voiture à laquelle on avait mis le feu: les autres, c’est pô pareil, c’est juste par hasard qu’elles ont brûlées.

et voilà: les statistiques étaient formelles: le nombre de voitures brûlées était en baisse!

je ne connais pas la suite de cette merveilleuse histoire, ça fait un moment que je n’ai pas revu Quézac, ni si elle est vraie.

à part ça la vie est belle, et c’est tant mieux.

bien à vous,

nicogé





en direct du jardin: les premiers fruits, etc.

29 05 2009
petite tomate

petite tomate

petite tomate 2

petite tomate 2

petites tomates

petites tomates

concombre allemand

concombre allemand

les cornichons

les cornichons

des haricots qui poussent

des haricots qui poussent

et il y a des fleurs partout, des fruits sur les arbres pommes, cerises, etc etc.

certes, cette année, le temps , pour l’instant, est avec nous.

mais pour les tomates, le bilan est sans appel: par chez nous (Haute-Saône, 70 (pendant que les départements existent encore…), France-Comté (pendant que les régions existent encore…)), pour les tomates, notamment, rien ne vaut une serre!

je n’irai pas, rassurez-vous, jusqu’à la chauffer l’hiver (ce n’est pas tellement grenelle de l’environnement!).

bien à vous,

nicogé, jardinier libertaire et pacifiste





« Esclavagisme » dans les champs de fraises alsaciens

29 05 2009

fraise

fraise

« Esclavagisme » dans les champs de fraises alsaciens

vu dans sur lemonde.fr:

des femmes d’Europe de l’Est qui travaillerait selon la CGT, dasn des conditions plus que limites pour pas beaucoup de sous…

la justice bien sûr suit son cours.

mais qui a dit que manger n’était pas un acte politique?

quelle différence entre:

– manger des fruits de supermarché voire du marché produites en Espagne, qui poussent dans des grandes serres pleines de produits chimiques, avec lumières et chauffage pas tellement « grenelle de l’environnement » et ramasser par des sans-papiers (qu’est-ce qu’ils travaillent pour des gens inutiles et… qui n’ont pas le droit de travailler!) pour plus d’info, cf le blog d’Alexandra Siarri (à lire d’urgence!)

– manger du bio de supermarché: bon pour la nature, certes, mais qui vient du bout du monde, équitable… ou pas, mais pas tellement grenelle de l’environnement

– manger bio, dune amap où d’une coopérative, qui privilégie les produits locaux dans la mesure du possible (allez faire pousser des bananes en Haute-Saône…)

– manger bio de son jardin: du travail, des heures passées, certes, mais zéro transport, zéro produits chimiques, zéro travailleur exploité, zéro pays volé.

à réfléchir donc, mais une chose est sûre:

manger est un acte politique.

on ne va pas culpabiliser non plus pour avoir acheter des chips (OGM?!) au supermarché et une bouteille de soda brun à la caféine: ce n’est pas le propos.

mais ça mérite réflexion je crois.

bien à vous,

nicogé, jardinier libertaire et pacifiste





Arnaud Montebourg et le romantisme

29 05 2009

Des adultes qui intellectualisent le juste dégoût que leur procure la société, des jeunes hommes et des jeunes femmes qui critiquent le monde dans une radicalité pacifique, des êtres qui décident de vivre selon leurs idéaux, voilà ceux que la justice politisée du régime a décidé de construire en coupables par avance.

Une affaire obscure de dégradation de caténaires de TGV, dont chacun ne peut qu’admettre qu’elle ne pouvait causer aucun autre trouble que celui d’endommager quelques pantographes de trains, sans jamais risquer la vie de quiconque, voilà ce que la justice aux ordres de la ministre de l’Intérieur a eu le ridicule de qualifier de terrorisme.

Il s’agissait d’inquiéter le pays en créant de toutes pièces et avec des grosses ficelles un ennemi politique imaginaire, « l’ultra gauche », reformulation contemporaine du bolchevique rouge vif au couteau entre les dents, lequel allait s’en prendre à vous, braves et honnêtes gens de France.

Mais pour faire exister un ennemi qui n’existe pas, il fallait impressionner l’opinion en accusant a priori et à tort Julien Coupat et ses amis, en déployant des moyens de police démesurés pour prouver ce qui n’a pas pu être prouvé. Il fallait surtout trouver des juges soumis au pouvoir et dociles comme des agneaux qui acceptent de commettre la plus grave des injustices, la plus grossière des forfaitures : incarcérer sans preuve ces jeunes gens qu’ils savaient innocents.

Monter un dossier judiciaire de toutes pièces avec des abus procéduraux en tous genres à la clef, pour pouvoir faire de la politicaillerie à la petite semaine, voilà ce dont est capable le régime sarkozyste.
Coupable de ce qu’il avait dans la tête

La porte est maintenant ouverte aux manipulations judiciaires les plus dangereuses, parce qu’arbitraires, surtout depuis que le pouvoir a pris possession du troisième pouvoir, en organisant la soumission méthodique des juges. Des citoyens innocents pourront être jetés en prison pour permettre au pouvoir de faire ses démonstrations politiques. La confusion entre la justice et la politique est un danger que ce régime fait courir à la République.

Julien Coupat, le romantique de Tarnac, coupable de ce qu’il pensait et de ce qu’il avait dans la tête, plutôt que de ce qu’il a fait, symbolise désormais la victime des abus judiciaires du régime.

Maintenant qu’il est enfin libre, et que la justice a relâché ce prétendu dangereux terroriste, il va falloir que la ministre de l’Interieur s’explique sérieusement sur la manipulation à laquelle elle a honteusement prêté sa main, et qui a conduit à priver de liberté ces jeunes gens.

Sept mois de prison infligés à un innocent pour faire monter une sauce politicienne au goût infect, dans n’importe quel pays démocratique cela vaut une démission.

Arnaud Montebourg sur rue 89
http://www.rue89.com/2009/05/28/ce-romantisme-de-tarnac-quon-a-jete-en-prison

l’essentiel pour l’instant c’est que Julien Coupat soit libre mais je suis impatient d’entendre les mirifiques explications de la bande à Sarko…. la honte….
Christophe aka « the gissoun »